Contactez-nous
04 37 57 96 77

CENTRE LYONNAIS ENTIÈREMENT DÉDIÉ À

l’implantologie et
à l’esthétique dentaire



Découvrez notre mission
LE PREMIER CENTRE LYONNAIS ENTIÈREMENT DÉDIÉ À
Implant dentaire

DES SOLUTIONS SUR MESURE POUR
RETROUVER LE SOURIRE




En savoir plus
Implant dentaire
Physionomie du sourire

UNE GAMME COMPLÈTE DE SOLUTIONS ESTHÉTIQUES




Découvrez les facettes dentaires
Physionomie du sourire
Orthodontie adulte

SYSTÈME INNOVANT DE GOUTTIÈRES INVISIBLES
POUR UN ALIGNEMENT PARFAIT




En savoir plus
Orthodontie adulte
Facebook Icon
slide1 slide2 slide3 slide4

Sinus-lift et augmentation osseuse

Un implant dentaire vient se positionner dans l’os de la mâchoire, c’est pourquoi il est nécessaire d’avoir une quantité et une qualité d’os raisonnable pour prévoir des implants dentaires.

Or de nombreux patients subissent une perte osseuse lorsqu’ils perdent une dent. Celle-ci est plus ou moins importante selon différent critères : temps d’attente avant de remplacer la dent, âge, tabagisme…

Heureusement, plusieurs techniques permettent aujourd’hui de combler cette résorption osseuse afin de pouvoir poser des implants dentaires dans la grande majorité des cas.

 

1 – Détection du manque d’os

Lors de la première consultation par le praticien, celui-ci va déterminer à l’aide de la radiographie panoramique et parfois en complétant d’un scanner dentaire la quantité et la qualité de votre os. Il va essayer de prévoir un positionnement des implants dans les zones osseuses les plus développées. Si ce n’est pas possible, il lui faudra prévoir une augmentation osseuse ou un sinus-lift.

 

2 – Sinus-lift

C’est le cas le plus fréquent d’augmentation osseuse. Il s’agit de combler le bas de la cavité sinusale afin d’ajouter une quantité d’os suffisante pour recevoir un implant dentaire. Le chirurgien pratique une légère incision dans la gencive, soulève la muqueuse sinusienne et insère un greffon d’origine naturelle ou synthétique.

Dans 80% des cas, cette intervention peut se faire en même temps que la pose d’implants dentaires, ce qui permet d’éviter une seconde intervention et de gagner du temps sur la durée globale du traitement.

Dans certains cas, en revanche, la fonte de l’os est tellement importante que l’os résiduel n’est pas suffisant pour stabiliser l’implant dentaire. Dans ce cas, il faut attendre 6 mois de cicatrisation avant de poser les implants.

 

3 – Augmentation osseuse

Lorsque l’implant dentaire a lieu dans une zone lointaine des sinus (mâchoire du bas, dents de devant…) et que cette zone ne contient pas suffisamment d’os,  il est nécessaire de prévoir une augmentation osseuse, c’est-à-dire une greffe d’os.

Cette intervention n’est prévue que lorsque l’os est insuffisant pour supporter même les implants les plus courts (pour les mini-implants, 6mm de longueur et 2mm de diamètre). Pour la mandibule (mâchoire inférieure), on va également essayer de venir s’appuyer sur la partie antérieure (zone du menton), toujours assez fournie en os.

Lorsque la greffe d’os est nécessaire, on préfère prélever de l’os directement sur le patient, c’est ce qui garantit le meilleur résultat. Une petite quantité d’os sera donc prélevée sous anesthésie locale, le plus souvent au niveau du menton. L’os est ensuite vissé avec des vis d’ostéosynthèse à l’endroit nécessaire.

Le praticien peut réaliser cette intervention en cabinet. De la même manière que le sinus-lift, l’augmentation osseuse permet souvent de réaliser les implants dentaires dans le même temps. Si ce n’est pas le cas, 6 mois sont nécessaires pour la consolidation de l’os.

 

A noter

Les implants dentaires stabilisent la résorption de l’os ! Il est donc essentiel d’intervenir rapidement après la perte ou l’extraction d’une dent pour éviter d’avoir recours aux opérations d’augmentation osseuse, plus lourdes et coûteuses.